Mesto Trenčín - odkaz na hlavnú stránku [Klávesová skratka Alt + H]
EnglishDeutsch
Mesto z hradu

Laugaricio - Trenčín et les environs a l'époque romaine

(Tamara Nešporová - Ján Rajtár)

Parmi les monuments romains du territoire de la Slovaquie l’inscription rupestre de Trenčín occupe une place incontestablement particulière. Ce texte de peu d’étendue fait partie des sources épigraphiques d’une importance paneuropéenne. Il n’en fut pourtant pas ainsi dès sa redécouverte en 1852. La reconnaissance de son authenticité et la découverte des implications historiques de son origine ont derrière eux une histoire et presque une aventure de plusieurs années. Aujourd’hui pourtant personne ne doute plus de la crédibilité de l’inscription, qui est le seul témoignage authentique du séjour des armées romaines loin des frontières de l’empire romain.

Les raisons qui ont amené les armées romaines exactement à cet endroit près du mamelon rocheux de Trenčín s’expliquent en partie par sa position géographique mais peuvent être éclairées plus précisément par les connaissances sur le développement de l’occupation de la région à cette époque et par son importance historique. Trenčín se trouve dans la partie inférieure du bassin du Váh, où la vallée du Váh commence à se rétrécir. La route par la vallée était depuis longtemps, tout comme aujourd’hui, une liaison importante du sud avec le nord. De même débouchent à Trenčín plusieurs vallées qui ensuite par des cols dans les Carpates Blanches relient le bassin du Váh au territoire de la Moravie. C’est précisément l’importance clé pour les communications et donc stratégique de cette région qui a conduit à ce que dès l’ère du bronze mais aussi à l’ère plus tardive du fer la population de la culture de la Luzace y a construit plusieurs châteaux puissamment fortifiés.

Au cours des deux derniers siècles avant notre ère, alors que tout le bassin central du Danube était encore le domaine des Celtes, se forma à partir de la population installée de longue date, sous leur influence directe et leur pression colonisatrice dans les régions septentrionales de la Slovaquie un groupe mélangé ethniquement d’expression originale qui a reçu en archéologie le nom de culture de Púchov. Ses représentants atteignirent malgré des conditions climatiques peu favorables un niveau remarquable de civilisation et d’économie et ce en particulier grâce au développement d’une fabrication artisanale évoluée, liée à l’exploitation de matières premières. Ils construisirent leurs centres socio-économiques sous forme de châteaux fortifiés du type d’oppidums sur des hauteurs, avec des villages d’agriculteurs et d’artisans à proximité. La région de Trenčín faisait alors aussi partie de l’aire d’extension de la culture de Púchov et s’en trouvait à la bordure sud-ouest. L’un des villages en hauteur se développait sur le rocher du château actuel et le mamelon voisin de Brezina, un autre village est connu à partir des découvertes faites dans l’ancienne briqueterie Pollak. Aux environs proches et lointains se trouvaient d’autres fortifications en hauteur, par exemple à Skalka nad Váhom, à Trenčianske Teplice, à Košeca-Nozdrovice, et dont d’après les dernières découvertes l’un des plus importants était surtout le château de Trenčianske Bohuslavice.

Le peuple de la culture de Púchov entretenait des contacts très étroits avec les centres celtiques du bassin central du Danube et avec d’autres régions. Les découvertes de monnaies celtiques témoignent de la situation importante de Trenčín et de ses environs dans le commerce lointain. Une monnaie d’or du type Athéna Alkis du deuxième au premier siècle avant J.C. a été découverte directement sur la hauteur du château de Trenčín. Dans la briqueterie Pollak on a trouvé deux tétradrachmes avec l’inscription BIATEC, moyens de paiement des Boiens celtiques de l’oppidum de Bratislava de la première moitié du premier siècle avant J.C. Des découvertes exceptionnellement riches de monnaies d’or et d’argent qui avaient été frappées dans différentes régions celtiques au cours du premier siècle avant J.C. ont été faites tout récemment dans le château de Trenčianske Bohuslavice. C’est par l’intermédiaire du commerce lointain qu’y parvinrent les premières monnaies romaines.

Les changements brutaux dans les pouvoirs politiques et les déplacements de population qui se produisirent dans l’espace de l’Europe centrale vers le changement d’ère touchèrent également le développement de cette région. Les Romains occupèrent le territoire au sud du Danube moyen, ils y organisèrent de nouvelles provinces et romanisèrent progressivement la population celtique soumise. Les tribus germaniques des Marcomans et des Quades conquirent à cette époque les régions au nord du Danube. Belliqueux, les Quades s’installèrent dans les plaines de la Slovaquie du sud-ouest, et en repoussèrent les derniers restes des Celtes. Leurs luttes pendant la première moitié du premier siècle après J.C. allèrent probablement plus loin vers le nord. C’est sans doute ainsi que l’on peut expliquer les traces d’incendie sur plusieurs châteaux de la culture de Púchov ainsi que rechercher la relation de ces évènements avec les données qu’a rapporté Tacite dans son ouvrage sur les Germains. Tacite indique que les Cotins, les Oses et les Bures étaient aussi les voisins des Quades. Les Cotins, qui parlaient une langue celtique et les Os, qui parlaient une langue de Pannonie, payaient des tribus aux Quades, et les Cotins exploitaient du minerai de fer. Toutes les tribus mentionnées occupaient principalement les régions montagneuses (Tacite, Germania 43). Comme le montrent les recherches archéologiques la plupart des châteaux de la culture de Púchov ne furent pas reconstruits après une catastrophe soudaine.  L’extension territoriale de l’occupation se réduisit également, surtout dans les régions marginales. Dans les villages reconstruits certaines activités ne reprirent plus, mais l’exploitation et le travail du minerai de fer se poursuivirent et atteignirent une nouvelle intensité. De la comparaison de ces connaissances avec les données de Tacite il ressort donc comme très probable que les Cotins étaient les vecteurs de la culture de Púchov.

Les Quades germaniques, qui les contraignaient à payer tribu, déplacèrent progressivement vers le nord leurs implantations depuis les plaines de l’ouest de la Slovaquie et au cours de la deuxième moitié du deuxième siècle ils occupaient déjà la région de Trenčín. C’est du territoire de Trenčín que proviennent les découvertes d’occupation germanique les plus nombreuses, toujours de la briqueterie Pollak. À côté de céramique locale quade décorée de lignes gravées, de cannelures et de piqûres aux ornements de bandes de chevrons ou de ramures, qu’ils fabriquaient à la main sans utilisation de tour de potier, on y a trouvé aussi divers produits de la province romaine. C’étaient surtout des plats en anneau d’argile grise fine, de la céramique de Pannonie et de la céramique grise à décoration estampillée, mais aussi des verres dits à flancs infléchis. Il ne manquait pas non plus la céramique luxueuse décorée de relief – la terra sigillata, fabriquée dans les ateliers de poterie de la Gaule centrale et orientale, une lampe d’argile, des fibules de métal pour attacher les vêtements ni des produits en verre. Il n’est pour cela pas entièrement exclus que le géographe antique Klaudios Ptolemaios ait mentionné dans son instruction écrite en grec pour l’établissement d’une carte du monde (Geographikè hyphégésis) sous le nom de Leukaristos ce village comme étape importante sur la route du commerce lointain. C’est indiqué par la similarité exceptionnellement manifeste avec la forme latine du nom, que donnent deux inscriptions seulement un peu plus récentes. L’occupation par les Germains est également prouvée en d’autres endroits, au centre de la ville, sur le terrain de la caserne et sur le sommet de Brezina. Toutefois les Quades avancèrent à la même époque plus au nord et occupèrent aussi la position de Skala près de Púchov, où la découverte d’objets plus anciens avaient fait donner son nom à la culture même de Púchov.

Dans les années soixante du deuxième siècle, sous le gouvernement de l’empereur Marc-Aurèle, éclatèrent aux frontières danubiennes des combats destructeurs et prolongés connus sous le nom de guerres marcomanes. Les principaux adversaires des Romains étaient les Marcomans, les Quades et leurs alliés sarmates les Iazyges, mais d’autres tribus se joignirent aux combats. En 170 les Marcomans et les Quades attaquèrent ensemble la frontière de la Pannonie du Nord, détruisirent les fortifications du limes, pillèrent la Pannonie et s’avancèrent jusqu’en Italie du Nord. En mobilisant leurs forces les Romains réussirent à écarter la catastrophe qui les menaçait et après des combats acharnés chassèrent les assaillants de leur territoire. Dans les années qui suivirent ils engagèrent plusieurs opérations de représailles contre les Germains d’au-delà du Danube, mais ils ne réussirent pas à éliminer complètement le risque de nouvelles attaques. Après une courte trêve le conflit éclata sur le Danube avec une force nouvelle. Les Romains prirent à nouveau le dessus après de durs combats. Grâce à une grande offensive que mena en 179 Marc-Aurèle déjà avec son fils Commode comme co-empereur leur résistance fut complètement brisée. Comme l’a rapporté l’historien et participant direct de ces guerres Cassius Dion (Histoire romaine 71, 20) l’empereur laissa à la fin de cette campagne victorieuse mettre en place sur le territoire des Marcomans et des Quades vaincus mais non soumis des unités nombreuses d’un effectif total de 40 000 hommes qui y passèrent l’hiver. Et quand les Quades voulurent se libérer de cette pression et émigrer vers leur alliés les Semnons, il fit occuper les cols par des unités militaires.

C’est précisément de cette époque au tournant des années 179/180, comme l’a justifié dans une analyse convaincante l’historien exceptionnel du moyen-âge Josef Dobiáš, que date l’inscription louangeuse sur le rocher du château de Trenčín. Sa traduction (complétée du nom du légat) est :

À la victoire des empereurs l’armée de 855 soldats de la 2éme légion qui sont cantonnés à Laugaricio. [Marcus Valerius Maxim]ianus légat de la 2ème légion auxiliaire l’a fait établir.

Le nom de l’officier qui a fait graver l’inscription est resté longtemps inconnu car la roche est endommagée à cet endroit. La découverte du piédestal d’une statue, qui fut trouvé scellé dans la forteresse byzantine de Zana (l’ancienne Diana Veteranorum) en Algérie orientale, aida à le déterminer. Les citoyens de la ville de Diana Veteranorum offrirent la statue en remerciement à Marcus Valerius Maximianus. Le texte, qui décrit en détail la carrière de cet homme sans aucun doute exceptionnel, a fourni également des données très précieuses pour expliquer divers évènements qui se produisirent dans l’espace du Danube moyen pendant les guerres marcomanes.

Marcus Valerius Maximianus venait d’une grande famille de Pannonie et était né vers l’année 140 dans la ville de Poetovio (aujourd’hui Ptuj en Slovénie). Comme membre de l’ordre équestre il s’engagea très tôt dans la carrière militaire. Il se distingua particulièrement comme officier d’intendance pendant les guerres Parthes. C’est pourquoi l’empereur Marc-Aurèle lui-même le choisit après le début des guerres marcomanes et lui confia une mission importante. À la tête d’un détachement spécial, composé de soldats de Ravenne, d’une flottille de Misène et de Grande-Bretagne, ainsi que de cavaliers africains et maures, il sécurisa le transport des céréales sur le Danube pour les armées de Pannonie. En 172, alors qu’il était chef d’une unité de cavalerie de la première « ala » des Aravaques, il tua au combat de sa propre main Valaon, chef de la tribu des Naristes, ce pourquoi l’empereur le félicita et le récompensa publiquement. Il commanda ensuite une unité de hastaires à cheval, qui était « ala » de la première Ulpia contariorum milliaria en garnison à Arrabona (Györ en Hongrie). En 175 il accompagna l’empereur à la tête d’un détachement de cavalerie composé de Marcomans, de Naristes et de Quades fraîchement recrutés lors de sa campagne pour mater une révolte en Syrie. Plus tard il fut responsable des provinces balkaniques de Moesia supérieure et de Dacie Porolisensis. Ses mérites lui valurent d’être élevé dans l’ordre des sénateurs. Il devint ensuite commandant de la première légion auxiliaire, puis de la deuxième légion auxiliaire. En tant que son légat il commanda des vexillaires, un détachement spécialement choisi, qui hiverna à Laugaricio. Après la fin des guerres marcomanes il fut encore légat de trois légions différentes. Finalement il fut le commandant de la troisième légion d’Auguste en garnison à Lambaesis, ainsi que lieutenant de la Numidie militaire, territoire de la province d’Afrique proconsulaire sous l’autorité directe du légat de l’empereur. Il termina sa brillante carrière dans le service civil comme consul en 185.

Marcus Valerius Maximianus faisait sans aucun doute partie des officiers les plus expérimentés et les plus victorieux qui ont mené des unités romaines pendant les guerres marcomanes. Mais pourtant l’hivernage à la tête d’un détachement spécial à Laugaricio, dans un endroit profondément en territoire ennemi, éloigné de plus de 120 km des frontières romaines, fut certainement l’un des faits les plus risqués de sa vie. Selon ce qui découle d’autres sources historiques ce ne fut pas une action militaire isolée, mais un élément d’un plan étendu d’opérations de l’empereur Marc-Aurèle, dont le but était la victoire définitive et la domination complète de Germains belliqueux et dangereux. En même temps il fit installer les tribus des Cotins et des Oses en territoire romain, dans les régions dépeuplées de Pannonie. L’abandon soudain et la disparition des implantations de la culture de Púchov sur tout le territoire où elle était étendue à la fin du deuxième siècle témoigne de ce que les Romains parvinrent à atteindre leur but. C’est précisément la position stratégiquement favorable près du rocher du château de Trenčín dans la vallée du Váh, en bordure septentrionale du territoire de la tribu quade à proximité des cols de montagne, qui a joué un rôle-clé dans le choix du campement pour l’une des unités sélectionnées qui devaient exécuter cette opération militaire. Marc-Aurèle semble-t-il avait l’intention par l’occupation de ces régions de créer les deux nouvelles provinces de Marcomanie et de Sarmatie. Une mort prématurée l’empêcha toutefois de réaliser ce plan. Après la disparition soudaine de son père son successeur Commode poursuivit brièvement les opérations militaires, mais finalement en 180 il mit fin à une longue guerre et conclut une paix avec les tribus d’au-delà du Danube. Les unités romaines quittèrent ensuite l’intérieur du territoire marcoman et quade et regagnèrent la frontière du Danube.

La localisation de l’ancienne Laugaricio sur le territoire de Trenčín n’est aujourd’hui plus controversée. On n’a toutefois pas encore réussi à identifier l’endroit où se trouvait le camp romain d’hiver. L’ancienne supposition qu’il se trouvait sur le rocher du château ou sur le sommet de Brezina n’a jusqu’à présent pas été confirmée par la recherche archéologique. Plusieurs fouilles d’amateurs sont restées sans succès, en dernier dans la plaine alluviale près de Skalka nad Váhom. Une concentration évidente d’objet et de monnaies romaines de cette période témoigne pourtant de ce que le camp se trouvait quelque part sur le territoire de la ville, sans doute près de l’inscription ou en son centre dans une zone construite. Il n’est pas exclus que certaines découvertes inhabituelles déjà mentionnées provenant du siège de la briqueterie Pollak soient liées au séjour des armées romaines. Elles auraient pu aboutir chez les Germains en échange de leurs services ou de leurs produits, ils les auraient éventuellement ramassés après le départ des Romains sur le lieu de leur camp abandonné.

Les opérations militaires contre les Quades et les longues guerres marcomanes prirent officiellement fin par la victoire des Romains, mais l’évolution ultérieure et les évènements du siècle suivant ne confirment pas la propagande sur leur victoire complète et destructrice. Au contraire, les tribus germaniques d’au-delà du Danube se remirent très vite des suites de ce conflit armé et l’augmentation progressive du nombre de leurs implantations ainsi que l’extension du territoire occupé témoignent d’une augmentation inhabituelle de la population. On peut suivre cette évolution dans la région de Trenčín également. L’occupation n’a pas été interrompue même sur le site connu de la briqueterie Pollak, et ce village connaît de toute évidence une nouvelle prospérité. Outre une quantité de céramiques germaniques on y a trouvé des pièces métalliques d’habillement, des fibules, la patte et la ferrure d’une corne à boire et la pointe en fer d’une lance. À nouveau y parvinrent également des produits précieux de la province romaine, surtout de la céramique du Danube et de la terra sigillata des ateliers du Rhin. Une implantation sur le terrain des casernes actuelles était également occupée et un nouveau village fut fondé sur le territoire de la partie de la ville appelée Kubra. Au cours du troisième et du quatrième siècle le nombre d’implantations s’accrut également dans les environs, comme le prouvent les découvertes faite à Trenčín-Istebník, à Trenčianska Turná, et les positions en hauteur de Skalka nad Váhom, de Trenčianske Teplice-Čertová skala. La vallée moyenne du Váh fut de nouveau une voie importante du commerce lointain, par laquelle coulaient jusque dans la région de Trenčín de nombreuses monnaies romaines, connues surtout grâce à de vieilles découvertes isolées mais aussi grâce à des trésors enfouis. Une telle découverte de monnaies de cuivre et de bronze du quatrième siècle a été faite il y a peu à Skala pri Ivanovciach.

Toutes les informations données démontrent sans ambiguïté l’importance de Trenčín et de ses environs pendant la totalité de la période romaine. L’inscription rupestre romaine est certes un monument unique lié à des évènements historiques importants qui se sont déroulés sur notre territoire dans la deuxième moitié du deuxième siècle. Elle est aujourd’hui visible à travers un mur vitré au premier étage de l’hôtel Tatra rénové. Elle rapporte toujours aux visiteurs la nouvelle de la victoire chèrement acquise des empereurs et de l’action exceptionnelle des 855 soldats de la deuxième légion auxiliaire et de leur légat Marcus Valerius Maximianus.

Za obsahovú prípravu tejto stránky zodpovedá: MsÚ Trenčín